Pourquoi choisir le statut EURL pour créer une entreprise ?

Grand nombre d’auto-entrepreneurs et chefs d’entreprises lancent leur activité professionnelle en solo. Cela est autorisé, grâce au statut EURL ou l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée.

Qu’est-ce que le statut EURL ?

Comme les SAS, SASU, SA ou SARL, on se réfère ici à une forme de société. Seulement cette fois-ci, elle ne présente qu’un unique associé. Ainsi, ce dernier peut ou non être le gérant de l’entreprise. En effet, la création et le fonctionnement d’une EURL sont tout à fait simples. Cependant, cela demande un fond de départ assez important. Plus précisément, son capital social doit subvenir à la nature et aux besoins de la société.

En outre, afin de mettre en marche une telle entreprise, il importe de suivre certaines règles comptables qui peuvent s’avérer être strictes. De plus, comme son nom l’indique, la responsabilité de l’associé unique sera limitée au montant et aux types de ses apports. C’est pourquoi le coût de la création peut être varié d’une entreprise à une autre.

Cependant, bien que l’associé unique soit limité à ses responsabilités, il aura ainsi la possibilité de protéger son patrimoine personnel face aux démarches juridiques en cas de difficultés financières. On peut dire alors que l’EURL est une solution conseillée afin d’éviter les investisseurs mécontents. En effet, l’associé unique pourra rembourser les dettes en se basant sur ses apports personnels.

À qui s’adresse-t-il ?

L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée sollicite tout chef de société indépendante voulant lancer son activité professionnelle seul afin de rassurer ses multiples partenaires. Ainsi, il aura la possibilité de le créer et le gérer à sa manière tout en profitant de la légitimité de sa forme sociétale. D’ailleurs, ce procédé constitue une bien meilleure solution, dans l’optique d’envisager un avenir prometteur et une évolution assurée de l’entreprise.

Quels sont les avantages de l’EURL ?

Multiples sont les avantages que promet l’EURL. Premièrement, ce statut évite toute confusion entre les patrimoines professionnels et personnels. Ainsi, en cas de pertes ou de liquidation, la responsabilité du chef d’entreprise et/ou gérant sera limitée uniquement aux montants de ses apports.

Deuxièmement, la capitale de la société est libérable. Effectivement, tous les apports de départ existent en nature ou en numéraire. Ainsi, on peut le transmettre facilement aux héritiers et aux bénéficiaires du créateur sans taxation. Aussi, en cas de décès du fondateur, la pérennité de l’entreprise ne sera pas mise en cause. Elle continuera toujours d’exister sous la gestion des héritiers.

Troisièmement, on peut s’assurer des formalités simplifiées tout en prévoyant une évolution facile. À vrai dire, la création d’une EURL implique bien évidemment la rédaction d’un statut précis. Mais pour rendre la procédure plus aisée, le greffe du tribunal de commerce ou le centre de formalités des entreprises (CFE) fournira gratuitement un modèle de statut-type à tout demandeur. En plus de cela, si les activités professionnelles ne dépassent pas un certain seuil, il ne sera plus nécessaire de faire des déclarations comptables ni un rapport de gestion annuel. C’est pour cette raison, d’ailleurs, que beaucoup se lancent dans un tel projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *